Disney accusé d’espionner les enfants

Posté dans : Espionner un portable | 0

application espion espionner enfantsEst-ce que Disney espionner vos enfants grâce à ses applications ? C’est en tout cas ce que pensent Amanda Rushing.

Elle vient de porter plainte contre Disney qui, selon elle, collecte les données privées des enfants via ses 42 applications !

Il semble que ces applications soient équipées de logiciels de tracking qui permettraient de collecter les données de géolocalisation, l’adresse IP ou des informations sur l’identité de l’utilisateurs.

Même si on est très loin des logiciels espions permettant d’espionner facebook ou d’espionner vos sms, il n’empêche que c’est totalement illégal !

Les données collectées seraient revendues à des publicitaires ce qui pourrait ne pas poser de problèmes si les choses étaient plus transparentes.

Or à aucun moment ces applications n’obtiennent ou ne demandent l’accord des parents.

Aux Etats-Unis, il existe le Children’s Online Privacy Protection Act (COPPA), qui permet de protéger la vie privée des enfants sur Internet. Or de telles pratiques sont en totale opposition avec cette loi et si les accusations se révèlent exactes, Dysney pourrait être condamné à payer une belle amende.

Disney application espion portable enfants

 

Disney estime n’avoir espionné personne !

Disney de son coté estime que ces accusations sont totalement fausses et liées à une mauvaise interprétation du COPPA. Dans un communiqué ils expliquent :

«Disney a un solide programme de conformité à la COPPA, et nous maintenons des politiques rigoureuses de collecte et d’utilisation de données destinées aux applications que Disney crée pour les enfants et les familles. La plainte est basée sur un malentendu fondamental des principes de la COPPA, et nous sommes prêts à défendre notre position devant les tribunaux».

Il n’empêche que de son coté, Amanda Rushing, souhaite obtenir une compensation financière. Elle souhaite également que la société stoppe toute activité d’espionnage et de collecte des données.

Affaire à suivre donc mais comme l’explique très bien l’article de Theverge, il est intéressant de rappeler que ça n’est pas la première fois que Disney fait face à ce genre d’accusation. En 2011, c’est la filiale de Disney Playdom qui avait été condamnée à payer trois millions de dollars d’amende pour les mêmes motifs.

Répondre